Service de Chirurgie Réparatrice, Esthétique & Main

Le Service de Chirurgie Réparatrice dirigé par le Docteur Thierry Balaguer, se situe à l’Hôpital Pasteur 2.

Le service d’hospitalisation est doté d’une capacité de 14 lits situé niveau 4 zone B et de 20 places de chirurgie ambulatoire situé niveau 3 zone C.

Le service des consultations est situé niveau 1 zone B.

Le service accueille les patients pour les pathologies suivantes : Chirurgie Réparatrice, Esthétique et Reconstructrice, la Médecine Esthétique et la Chirurgie de la Main.

La Chirurgie Plastique est la chirurgie de la peau et des tissus mous, non viscéraux.

La peau est l’organe le plus étendu de l’organisme (environ 1,7 m2 de surface, pour un poids moyen de 10 kg chez l’adulte).

Cet organe a des fonctions multiples, parmi lesquelles il faut citer :

  • son rôle de barrière et de protection de l’organisme vis-à-vis des agressions extérieures telles que les microbes
  • son rôle de récepteur sensitif : c’est la peau qui nous renseigne sur le milieu extérieur, sa température, sa texture, son humidité
  • son rôle de régulation thermique : lorsqu’il fait chaud, la peau est un radiateur qui nous refroidit en dilatant ses vaisseaux et en perdant de la sueur ; lorsqu’il fait froid au contraire, elle ferme ses vaisseaux pour éviter au sang de se refroidir au contact de l’extérieur
  • son rôle de réserve énergétique, par la graisse sous-cutanée
  • son rôle de relation sociale, par l’aspect qu’elle présente aux autres de notre enveloppe extérieure.

La peau est un organe vital : sa destruction sur une grande surface entraîne la mort en l’absence de traitement. C’est par exemple le cas des brûlures étendues. Comme tous les organes du corps, la peau a des médecins et des chirurgiens. Les médecins spécialistes de la peau sont les dermatologues. Les chirurgiens spécialistes de la peau sont les chirurgiens plasticiens. A la peau, ils ajoutent à leur domaine de compétence les tissus mous non viscéraux (graisse, muscles, tendons, aponévroses, vaisseaux et nerfs périphériques).

La chirurgie plastique couvre ainsi un domaine immense, qui comprend en particulier :

Les tumeurs, qu’elles soient bénignes ou cancéreuses, qu’elles aient pour point de départ la peau ou les parties molles plus profondes, qu’elles soient de petite taille ou de grande taille, et qu’elles siègent de la tête au pied. Il s’agit en pratique aussi bien du banal « grain de beauté » du visage ou du lipome du dos, que des carcinomes, des mélanomes, des sarcomes ou d’autres tumeurs malignes des parties molles, dont certaines peuvent conduire â des mutilations étendues et à des reconstructions complexes faisant appel en particulier à la microchirurgie.

Les traumatismes. S’étant initialement développée avec les traumatismes de guerre, la chirurgie plastique s’est ensuite appliquée aux traumatismes de la route. Elle s’étend actuellement aux traumatismes des sports, et surtout aux traumatismes chirurgicaux (par exemple pour reconstruire un sein amputé pour cancer). Certains traumatismes nécessitent une intervention de chirurgie plastique en urgence. La plupart des autres ne concernent la chirurgie plastique qu’au stade de leurs séquelles.

Les brûlures et leurs séquelles.

Les infections de la peau et des tissus mous, depuis le panaris jusqu’à la gangrène étendue.

Les nécroses cutanées, quelqu’en soit l’origine : infectieuse (cellulites, fasciites, gangrènes), traumatique (avulsions, contusions, amputations), thermique (brûlures), ischémique (ulcères de jambes, escarres).

Les malformations, qu’elles soient apparues à la naissance (par exemple les fentes labio-maxillo-palatines) ou à l’âge adulte (par exemple les atrophies hémi-faciales, ou les malformations des seins telles que les asymétries ou le syndrome de Poland).

La Chirurgie Esthétique dans son ensemble, qui concerne certaines disgrâces physiques congénitales (nez, oreilles, menton) ou acquises à la puberté (hypotrophie mammaire, surcharges graisseuses localisées), dans les suite de grossesses (déformations de la paroi abdominale), ou du fait du vieillissement (visage, paupières, cou, seins).

Le chirurgien et son équipe utilisent le microscope électronique.